Le site francophone dédié au roman féminin

Paullina Simons

Paullina Simons est née Paullina Handler en Union Soviétique, où se déroule son quatrième roman, Tatiana. Elle a vécu avec sa mère ingénieur, son père avocat, son oncle, sa tante er sa cousine dans le deux pièces où son héroïne vivra avec sa propre famille. Son grand-père paternel a survécu au terrible premier hiver du siège de Leningrad, avant de rejoindre l'Armée Rouge en 1942. En 1968, alors qu'elle avait cinq ans, son père fut arrêté pour agitation anti-communiste durant l'invasion de la Tchécoslovaquie. Ce qui lui était reproché, c'était d'avoir écrit des lettres à la Pravda pour défendre l'application de la loi. Il fut emprisonné pendant un an, puis envoyé au goulag pour deux. Après son retour, en 1971, il fut exilé à Tolmachevo où il faisait fondre du métal et coulait du béton pour fabriquer des poteaux téléphoniques. Pourtant, ces années en prison lui donnèrent l'occasion de faire quelque chose qui allait changer sa vie : Yuri Handler apprit l'anglais. En 1973 il demanda au gouvernement la permission d'émigrer et Leonid Brejnev, en période de détente avec Nixon (et dans un moment de faiblesse), accepta. Après un court séjour à Rome, ils arrivèrent à New York pour Thanksgiving, en 1973. Comme son père avait appris l'anglais, en Amérique il put trouver un emploi bien supérieur aux petits jobs manuels que beaucoup d'émigrés Russes continuent à avoir. Grâce à l'anglais, ils put offrir à sa famille une vie au sein de la classe moyenne et Paullina put aller à l'école et apprendre l'anglais. Finalement ils quittèrent la ville pour la banlieue, où ils habitèrent une maison avec une cour et une piscine, et deux voitures dans le garage. Toutes ces choses que beaucoup d'Américains jugent normales, Yuri Handler les considérait comme la réalisation de son plus grand rêve. Tout ce que Paullina voulait dans la vie, en dehors de devenir romancière, c'était continuer à vivre le rêve américain. Mais un échec sentimental à l'université la conduisit à fuir le continent américain pour aller passer sa dernière année d'études en Angleterre, au beau milieu de la grève des mineurs de 1984. Là elle rencontra son premier mari, qu'elle suivit à Lawrence, dans le Kansas, l'année suivante. Le Kansas ne l'impressionnat guère à l'époque, ce qui est ironique si on considère que ce sera le décor de son premier roman : Tully (Le silence d'une femme). Après son diplôme en Science Politique, elle suivit son premier mari qui rentrait en Angleterre, où elle trouva un travail de journaliste dans la finance et tomba enceinte, pas forcément dans cet ordre. Sa fille est née en 1987 et, en 1988, elle écrivit les deux premiers chapitres d'un livre intitulé Tully Makker. Mais avec un travail à plein temps et une famille, elle s'arrêta là. Après quatre ans, l'échec de son mariage la conduisit à fuir l'Angleterre et à retoruner aux USA. Elle dit à son meilleur ami d'école qu'elle allait se trouver à court de continent, ce à quoi il répondit en devenant son second mari et en la gardant en Amérique. A New York on lui proposa plusieurs postes dans des agences de presse. Elle devint rédactrice pour le Financial News Network. Ce fut un choix lourd de conséquences, même si pas des plus avisés. Six semaines après son embauche, la société entra en redressement judiciaire, mais ce n'était pas la faute de Paullina. Elle parvint à se faire payer son salaire pendant dix mois, mais la société finit par faire faillite. Désormais sans emploi, elle décida que le destin frappait à sa porte et mit sa fille à la garderie trois jours par semaine pour écrire Tully. Il lui fallu deux ans pour le terminer, et un après-midi de mars 1993, alors qu'elle l'imprimait pour l'envoyer à des agents, son conseiller l'appela pour lui dire qu'il avait un poste à lui proposer. Elle l'accepta en mai, mais en juin elle vendait Tully et put quitter son travail. Son second mari et elle firent contruire une maison, elle eut un second enfant et écrivit son second roman, Red leaves (Non traduit). C'est alors que le destin frappa une seconde fois à sa porte. Un chasseur de tête de Dallas appela son mari et lui demanda s'il serait prêt à déménager afin de lancer une société d'édition pour un petit studio de télévision. Ils quittèrent leur maison toute neuve et leur vie à New York pour emménager au Texas au cours du caniculaire été 1996, alors que Paullina était enceinte de sept mois. Elle venait juste de commencer à écrire son troisième roman, situé à Barrow, en Alaska, l'un des endroits les plus froids du monde. Allez savoir pouquoi, ce livre fut difficile à écrire par 45°. Sa grossesse pendant la vague de chaleur lui fit une telle impression que, soudain, elle eut une inspiration complètement différente et, en quelques mois seulement, écrivit Eleven hours (Onze heures à vivre). C'est au milieu des révisions de ce roman, durant une nuit blanche, dans le noir, à trois heures du matin, avec son bébé dans le berceau au pied de son lit et son mari profondément endormi, que Paullina les vit. Elle vit Tatiana et Alexandre. Elle était petite et lui grand. Elle levait les yeux vers lui. Ils étaient désespérément amoureux et mouraient de faim. Leur histoire devint The bronze horseman. Mais entre cette première inspiration et la publication, trois années passèrent comme l'éclair, où elle construisit une maison et alla en Russie. Trois années de souffrances et de peurs concernant son livre et son avenir. Trois années où elle changea d'éditeur et d'agent, où son mari perdit son travail au Texas, où ils retournèrent à New York. Oh, et où elle écrivit un autre livre, alors que tout le monde attendait The bronze horseman. Il fut intitulé Six days in Leningrad et raconte son retour en Russie, en 1998. Mais après l'avoir terminé, l'inspiration lui vint et elle plongea en 1941 et oublia 1999, sa maison, sa piscine, le Texas et toutes ses difficultés. Elle oublia tout. Et lorsqu'elle leva le nez de son ordinateur, elle avait écrit The bronze horseman, une prequel, deux suites et un scénario. Et les déménageurs arrivaient.

Bibliographie complète à fin 2015.

Bibliographie


Titre (vf/vo)ÉditeurGenreAnnéeCote
Le silence d'une femme
Tully
Pocket1994
(1)
  -
  P GF 
  P GF 
Onze heures à vivre
Eleven hours
L' Archipel1998
(2)
  -
  P GF 
  P GF 
-
Road to paradise
2007-  -
  VO
  VO
-
A song in the daylight
2009-  -
  VO
  VO
-
Lone star
2015-  VO 
  VO
  VO


Série : Children of Liberty


Titre (vf/vo)ÉditeurGenreAnnéeCote
-
Children of liberty
2012-  -
  VO
  VO
-
Bellagrand
2014-  VO 
  VO
  VO


Série : Spencer O'Malley


Titre (vf/vo)ÉditeurGenreAnnéeCote
-
Red leaves
1996-  -
  VO
  VO
Le secret de Lily Quinn
The girl in Times Square
Pocket2005
(16)
  -
  P GF 
  P GF 


Série : Tatiana et Alexandre


Titre (vf/vo)ÉditeurGenreAnnéeCote
Tatiana
The bronze horseman
Pocket2000
(33)
  -
  P GF 
  P GF 
Tatiana et Alexandre
The bridge to Holy Cross
Pocket2003
(23)
  -
  P GF 
  P GF 
Inoubliable Tatiana
The summer garden
Pocket2007
(18)
  -
  P GF VO
  P GF VO
-
Tatiana's table
2007
(2)
  -
  -
  -
Les Romantiques sur Twitter  Les Romantiques sur Facebook  Rechercher un livre

 

  

 

Page Facebook

 

Le site Les Romantiques est partenaire
d’Amazon. Si vous achetez en cliquant
l’un des liens présents sur les
bibliographies des auteurs ou les fiches
des livres, Amazon nous reverse
une commission (environ 7%).

Un grand merci à vous !

 

© Copyright 2012 Les Romantiques
Webdesign Priscilla Saule